• Maison d'Arrêt

     
    Nos souvenirs 
    ressemblent à des enfants
    qui ne grandissent jamais.
    Des enfants aux joues 
    Et aux genoux écorchés,
    Jouant dans la rue
    Traversant sans regarder,
    Les pavés herbus
    Des âges et des années.
    Des enfants jouant à corps perdu
    Derrière de vieux pneus usés.
                                           
    Nos souvenirs
    Ressemblent à des enfants
    Aux yeux exténués,
    Dont la lumière est devenue
    Une pâte à papier mâché,
    Marquant nos visages perdus
    De jours confondus
    Gravés d'un braille abstrait.
                                      
    Nos visages sont des "Picasso"
    D'émotions bafouées,
    Des messages en argot
    Pour ceux qui ne savent plus lire
    Que les mots des journaux, des télés.                                    
     
    Nos visages sont des rétros,
    Dans lesquels nos parents regrettent
    Sur leur photo préférée ;
    l'enfant sage que l'on était.
    Nos visages sont des "infos" des actualités
    Ou les maux ne vous sont pas mâchés.
                                         
    Et la rage notre renommée                  
    Dont on nous assomme,
    N'est que celle des clowns blancs
    Que nous sommes.
    Vos Augustes,
    Ne faisant rire plus personne.                  
     
    Cour de récré....
    Dents de lait,
    Dents de sagesse,
    Rage de dents.
    Des ados
    Rognent les barreaux
    Des maisons d'arrêt.
     
                  ~
     
              Madinx
      
    ‘ Texte soumis aux droits d’auteur ’
                  Composé en 1981
    « Nature HumaineExode »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :