• ~ CAVALIÈRE ~

    ~  CAVALIÈRE ~

    ~ CAVALIÈRE ~

     

    Elle vient de franchir la frontière,

    les ombres et fantômes infernaux

    ne peuvent la poursuivre,

    elle leur a tanné la peau,

    perdu quelques batailles,

    et de son arsenal, plusieurs chevaux

    dont quelques-uns

    qu'elle a dû d'elle-même

    achever de sa propre lame

    comme sont mis à mort les taureaux

    de nos existentielles arènes.

     

    Mais la guerre est gagnée

    elle est sortie d'affaire,

    il lui reste une selle et un cheval

    la monture de sa dignité,

    son corps pour fourreau

    son âme une épée qu'elle rengaine,

    comme du Napoléon,

    la main dans son gilet.

     

    Un soleil couchant

    se noie dans son orangé.

    Parfois il est Beau

    malgré toutes les échauffourées,

    en soi de laisser couler

    comme un doux sanglot :

    une larme de naïveté.

     

    ~ Madinx ~

     

         ‘ Texte soumis aux droits d’auteur ’