• Accueil

    Accueil

     

    Il est au moins deux visions de l’Homme qui se heurtent en ce monde. L’une voudrait que l’homme en personne soit quelqu’un de fini dont on pourrait juger de manière sentencieuse qu’il serait intrinsèquement bon ou mauvais, utile ou non, loser ou winner, sauver ou perdu...

     

    L’autre vision considère que l’Homme en personne est à la fois un homme à part entière, en dignité, mais sans pour autant qu’il soit un homme-fini, parce qu’en devenir. Dit autrement, il s’agit d’un homme en -cours de création-.

     

    Cet homme là se réveille à la vie tandis qu’il est en train d’être créer, pétrie, et va être mis au monde afin d’en arriver à continuer à se recevoir des autres et à consentir lui-même de manière active à recevoir la vie afin de l’avoir en abondance et devenir qui il est appelé a être, cela en devenant responsable, c'est à dire en répondant de lui, des autres, mais aussi de Dieu (pour autant que lui chante).

     

    C’est dire que le lieu-d’être de cet homme en personne que nous sommes est la relation(s) par laquelle nous devenons co-créateurs des uns des autres que sont nous frères en Humanité.

     

    J’aime à dire que l’Homme et en cours de re-création. Une cours où il y a du jeu entre le «déjà-là » et le « pas encore » de notre personne, et c’est ce jeu qui est « Enfance ».

    C’est dans cette -cours de recréation- que l’Homme joue de façon la plus heureuse possible -à devenir qui il est appelé à Etre. Enfin J’ose espérer.

     

    Mais si c’est le cas, alors, s’il vous plaît, jouons tous ensemble ! Parce que la Création ainsi que l’acte créateur -n’est pas un chantier interdit au public, bien au contraire.

    C'est dans cette reconnaissance du fait que je me reçois des autres, non sans éprouver de combats intérieurs, que mon acte de Poésie se veut être une Célébration de ces Personnes dont les gestes se révèlent être à mes yeux des 'Actes poétiques ' au cœur même du quotidien le plus ordinaire.

     

    J’appelle 'Acte Poétique' le Geste de ces Visages dont la présence, le regard, la parole ouvrent un passage, donnent un lieu-d’être, à ces autres visages qu’ils rencontrent parce qu'à leurs yeux chaque personne se voit considérée, aimée, non comme étant un pur moyen mais une fin en soi en ce sens que la personne(s) se trouve être eschatologique.

     

    Ne me voulant aucunement partisan de cette violence destructrice qui a été l'abîme de mon enfance et adolescence ni complice de cette violence qui contribue en tout horizons, à faire couler le sang, j'ai décidé de me déshériter de cette violence et fait le choix de la plume afin de ~ faire couler le Sens ~

     

                                                 ~ Madinx ~